Category: Blockchain

EOS – Une option pour le développement des contrats intelligents

L’une des innovations que les technologies Blockchain ont introduites depuis les 2 dernières années est le développement des “Contrats Intelligents” ou “Smart Contrats“. Les contrats intelligents permettent de définir, programmer et exécuter sans tiers de confiance les contrats B2C, B2B ou encore C2C.
 
Depuis les 16 derniers mois, nous avons observé une avancée majeure dans le développement des contrats intelligents surtout dans le secteur du socio-financement par jeton numérique (crypto-sociofinancement).
 
Aujourd’hui, ce secteur est principalement propulsé par Ethereum, l’infrastructure sur laquelle on peut développer et exécuter des contrats comme des Offres Initiales de Jetons (OIJ), communément appelés ICO dans l’industrie. Avec une capitalisation de 19 milliards de dollars, Ethereum a démontré qu’il y avait un marché pour ces cas d’utilisations.
 
Malheureusement, les besoins du marché en terme de performance, d’évolutivité et de viabilité pourrait limiter son adoption. Nous avons remarqué les limites de l’infrastructure lors des attaques perpétrées sur le réseau ou pendant des montées en puissance lorsque des milliers de personnes participent aux OIJ.  Le modèle économique et le modèle de gouvernance présentement en opération sur Ethereum [Preuve de travail] ne permet pas de développer des applications sociales comme Facebook, Linkedin ou Twitter.  Ni moins une place boursière comme le Nasdaq.
 
Nous croyons qu’aucune infrastructure ne réponds encore aux besoins réels du marché. Ethereum est la plateforme par défaut choisie par les entrepreneurs/développeurs parcequ’il n’y a pas d’autres options. Le marché des Blockchain de développement des contrats intelligents est très jeune et des acteurs comme EOS, WAVES, NEM, ARK, NEO (anciennement Antshares) s’auront répondre à des besoins particuliers des entreprises.
 
Le système d’exploitation EOS en cours de développement est une alternative intéressante à Ethereum pour des raisons suivantes:
  • Rapidité et diminution du temps de développement. 
EOS offre aux développeurs un système d’exploitation décentralisée disposant des ressources dont ils ont besoin dès le 1er jour: gestion des accès, gestion des comptes, système d’authentification, sécurité et recouvrement, communication inter-applications etc.
  • Transactions gratuites
Contrairement à d’autres plateformes comme Ethereum, Il est possible sur EOS de créer des applications de type « freemium » où les utilisateurs peuvent expérimenter différentes fonctionnalités sans avoir à détenir au préalable la monnaie native du protocole. Le protocole alloue les ressources au protorata de la participation, au lieu des frais de transactions.  Le blogue social Steemit.com en est un exemple où les utilisateurs expérimentent la participation sans avoir besoin d’acheter la monnaie native du protocole.   
  • Gouvernance intégrée
L’une des innovations de EOS est l’intégration dans son protocole d’une constitution régissant sa gouvernance. La constitution décrit un cadre transparent de règlement de différents, de prise de décision majeure et crée un cadre d’arbitrage par défaut commun pour tous les utilisateurs du système d’exploitation. La production des blocs, les transactions et les opérations sont régies par la constitution du système EOS à travers une entente d’utilisation pair-à-pair. 
  • Traitement en parallèle
EOS offre une infrastructure permettant d’effectuer des traitements en parallèle. Ce qui procure haute performance, fiabilité et montée en échelle des applications. La plupart des technologies Blockchain sur le marché à ce jour utilise des traitement en fils; limitant leurs évolutivités et créant des congestions lors des montées en puissance. Le traitement en parallèle permet à EOS de supporter des milliers d’applications, chacune traitant collectivement des milliers de transactions par seconde.
 
Voilà quelques raisons pourquoi EOS est une alternative intéressante qui saura rapidement attirer de nouveaux développeurs, entrepreneurs et investisseurs intéressés par des technologies performante, évolutivité, viable et agile.
Pour en savoir plus

 

Par:  Pascal Ngu Cho, BitConsul

Consultant Blockchain/Ange Crypto/Spécialiste des solutions DPoS

BitShares | Steem | EOS | ARK | Waves 

 

Blockchain & système de gouvernance

Une technologie Blockchain est un système de registre distribué (chaque participant possède une copie du registre).  Elle permet non seulement d’émettre et d’enregistrer des actifs numériques (monnaies, droits de propriétés, membership, votes, points etc…), mais aussi d’effectuer des transferts, paiements et transactions sans tiers de confiance.

Initialement introduite par le créateur du Bitcoin [Satoshi Nakamoto] en 2009 Bitcoin, la technologie Blockchain a connu une évolution importante depuis les 3 dernières années. De nombreuses applications ont vu le jour dans le domaine des transferts d’argent électronique, des échanges de valeurs et depuis peu dans le développement contrats intelligents (entente/accord maintenu par les logiciels). Contrairement aux systèmes traditionnels, un système Blockchain est avantageux de part ses fondements: libre, ouvert, immuable, résilient, et ne repose sur aucune autorité centrale pour assurer son fonctionnement. 

Cependant, un système Blockchain, tout comme n’importe quel système distribué se confronte à plusieurs problèmes: mise à jour des registres, erreurs de transmission, bogues du protocole, latence du réseau, failles de sécurité, menaces de piratage. De part sa nature décentralisée, aucun participant du système ne peut faire confiance à un autre participant car des acteurs malveillants peuvent émerger et mettre en péril la fiabilité et la viabilité du système.

Pour éviter ces erreurs, des mécanismes de consensus sont mis en oeuvre afin de s’assurer que chaque participant du système ait une version reconnue et disponible du registre des transactions et/ou des opérations. Comment est-elle aujourd’hui réaliser? Comment les entreprises, organisations et gouvernements doivent s’assurer de leur disponibilité et de leur fiabilité? On parle alors de gouvernance dans les systèmes Blockchain.  Nous essayerons d’y répondre en donnant un aperçu des différents mécanismes de consensus en cours de développement dans l’industrie.

Commençons par nous donner quelques points de repères pour une meilleure compréhension.

Les systèmes Blockchain sont constitués d’un ensemble de composantes toutes liées les uns avec les autres. Dans le cas des Blockchain ouvertes [Bitcoin, Ethereum, Waves, Steem, NEM et autres], on y retrouve un jeton numérique, une base de donnée/registre [Blockchain] et un réseau.  Le défi pour chaque participant du réseau est de s’entendre sur comment la base de donnée/registre doit être mise à jour et par qui? Quelles règles doivent s’appliquer et comment on va récompenser les participants? Toutes ces questions sont en générale définies dans le mécanisme de consensus, jouant ainsi un rôle important dans la disponibilité, l’intégrité et la fiabilité des données.

Prenons le cas du Bitcoin, puisqu’il représente la 1ère implémentation des registres distribuées. Dans le livre blanc qui définit son fonctionnement, son créateur propose la Preuve de travail [Proof of Work – PoW] comme moyen d’arriver à un consensus sur qui doit mettre à jour le registre des transactions. Elle consiste à utiliser les ressources informatiques (processeur, mémoire, réseau) afin de trouver la solution à un problème mathématique donné. Le participant [ordinateur] qui trouve la solution au problème recherché est donc responsable de mettre à jour le registre des transactions. En contrepartie, il reçoit des jetons numériques comme récompense [bitcoin]. Les autres participants s’accordent alors de façon algorithmique sur la dernière version du registre et le processus recommence à tous les 10 minutes. Ce consensus est le plus utilisé aujourd’hui. On le retrouve chez Ethereum, Monero, Litecoin, Dogecoin. Dans l’écosystème des technologies Blockchains, j’appellerai ce mécanisme le “1er consensus”.

Trois (3) ans après son implémentation, plusieurs développeurs et cryptographes reconnaissent certaines insuffisances du consensus de la Preuve de travail, notamment sa consommation énergétique, son évolutivité, sa viabilité, sa gouvernance et proposent d’autres mécanismes de consensus pour adresser ces problèmes. D’autres mécanismes ont donc fait leur apparition dans le but d’adresser les problèmes identifiés dans la Preuve de travail.

Quelques mécanismes de consensus: 

Preuve de participation  [Proof of Stake – PoS]:

Introduite pour la 1ère fois en 2012 par la technologie PeerCoin, ce mécanisme visait principalement à résoudre le problème de la consommation énergétique de la Preuve de la travail. Depuis lors plusieurs l’ont adopté avec quelques variantes. On le retrouve alors chez NXT, Dash, Stratis et bientôt Ethereum. La Preuve de participation consiste à démontrer qu’on a une participation importante dans le réseau pour pouvoir mettre à jour le registre de transactions. Ce mécanisme permet aussi de réduire le temps de validation des transactions. Dans l’écosystème des technologies Blockchains, j’appellerai ce mécanisme le “2ème consensus”.

Preuve de participation déléguée [Delegated Proof of Stake – DPoS]:

Introduite pour la 1ère fois en 2014 par la technologie BitShares, la Preuve de participation déléguée se différencie de la Preuve de participation en ce sens qu’elle offre à ses participants de déléguer leurs participations (sans perte de contrôle) à des délégués/validateurs/témoins pour assurer la mise à jour des registres. L’avantage de ce consensus est qu’il permet d’assurer une plus large participation aux consensus.  Plusieurs technologies Blockchain l’ont adopté depuis lors, notamment Steem, Ark, Lisk, EOS, Waves avec une légère variante (LPoS – Leased Proof of Stake). Dans l’écosystème des technologies Blockchain, j’appellerai ce mécanisme le “3ème consensus”.

Preuve BFT [Byzantine Fault Tolerance]

La preuve BFT va pour sa part tolérer les défaillances d’un système distribué et utiliser un système de diffusion de messages entre les participants pour mettre à jour le registre des transactions. L’hypothèse de base à considérer est que les messages peuvent être perdus, endommagés, répétitifs ou avoir une latence dans leur transmission. Pour assurer sa fiabilité, elle va utiliser 2 niveaux de participations et récompenser ses participants en fonction de leur présence ou pas dans le réseau: L’un pour l’acceptation des données, les transferts et les échanges  et l’autre pour la comptabilité et la maintenance des registres. On va le retrouver chez AntShares et Tindermint pour le développement des contrats intelligents.

Preuve d’importance [Proof of Importance – PoI]

Introduite par la Blockchain NEM,  le mécanisme de la Preuve d’Importance  va tenir compte non seulement de la participation dans son réseau, mais aussi de son activité. Plus on a une participation et réalise des transactions dans le réseau, plus nos chances de valider et de mettre à jour le registre sont élevées.

Conclusion:

On ne saurait aborder les technologies Blockchain sans aborder les questions de disponibilité, de fiabilité et de viabilité des registres de données. Quand on pense que les entreprises, organisations et gouvernements devront répondre aux besoins de leurs clients, membres et citoyens en se basant sur des données fiables et vérifiables en tout temps sans tiers de confiance; les mécanismes de consensus qui offrent performance, économie, évolutivité et contrôle auront assurément un avantage compétitif dans le marché des technologies Blockchain.

 

Par:
Pascal Ngu Cho,
Entrepreneur/Consultant Blockchain.

[T1-2017] Coups de cœur “Start-up Blockchain” #3: Melonport

Aujourd’hui, je complète mes projets coups de cœur pour le 1er trimestre 2017. Après  HumaniQ,   Internet of Coins, voici le projet #3: MelonPort. 

Melonport est une start-up Blockchain qui développe un protocole de gestion d’actifs. Grâce aux technologies Blockchain, Melonport vise à démocratiser l’industrie de la gestion des capitaux en offrant à tout un chacun la possibilité de se constituer un portefeuille en ligne et de le gérer sans intermédiaire.

Déployé sur l’infrastructure Ethereum et grâce à un jeton numérique utilitaire appelé “Melon (MLN)”, les particuliers et entreprises pourront constituer, gérer et comparer des portefeuilles d’actifs cryptos.

En réduisant la nécessité d’avoir une infrastructure comptable, juridique, réglementaire coûteuse et complexe, les coûts des gestionnaires de fonds professionnels diminueront drastiquement; permettant l’entrée de nouveaux joueurs dans le marché de la gestion des fonds.

Compte tenu de son caractère ouvert et libre, les développeurs d’applications pourront proposer des modules complémentaires pour répondre aux besoins spécifiques des utilisateurs de la plateforme.

La start-up vient de compléter grâce à une Offre Initiale de Jetons (OIJ), une ronde de financement de 3 millions de dollars en offrir au grand public la possibilité de se procurer des jetons “MELON”, représentant une licence d’utilisation du protocole.

 

Par:
Pascal Ngu Cho,
Entrepreneur/Consultant Blockchain

[T1-2017] Coups de cœur “Start-up Blockchain” #2: Internet of Coins

Aujourd’hui, je poursuis la suite de mes projets coups de cœur. Après  HumaniQ,  voici le projet #2:  Internet of Coins ou IoC

Qu’est ce que “Internet of Coins”?

Internet of Coins ou Internet des jetons est un projet Blockchain de développement d’un protocole d’échange de valeur sur Internet.  Il s’agit d’une infrastructure inter-Blockchain neutre, hybride qui permet de passer par exemple du réseau Bitcoin au réseau Ethereum, ou du réseau Bitshares au réseau NEM ou encore du réseau Omni au réseau Waves instantanément. Imaginez la possibilité d’échanger tous vos jetons numériques présentent dans toutes les bases de données Blockchains sans vous souciez du risque de volatilité ou de liquidité. IoC peut-être vu comme un échangeur d’actifs numériques entre différents participants (particulier, entreprise) de son réseau.

Pour réaliser sa mission, IoC développe une infrastructure permettant d’émettre un jeton utilitaire hybride nommée “HYBRID” pour faciliter les échanges dans son réseau.  En développement depuis 2014 et après avoir réalisé une preuve de concept, le projet vient de rentrer dans sa phase pré-production par le lancement d’une campagne de crypto socio-financement visant financer son développement.

Initialement, le jeton “HYBRID” sera déployé simultanément sur 7 protocoles Blockchain [Ethereum, Nem, BitShares, Mastercoin, Omni, Nxt, Waves]. Les technologies Blockchain ayant été conçu pour être transparent et libre d’accès, le développement d’une infrastructure neutre entre différentes Blockchains permettra de réduire le risque de volatilité actuellement observé dans l’industrie.

En savoir plus sur le projet…

À la prochaine pour mon 3ème Coup de coeur des start-ups Blockchain.

 

Par:
Pascal Ngu Cho,
Entrepreneur/Consultant Blockchain

[T1-2017] Coups de cœur “Start-up Blockchain” #1- HumaniQ

Mes coups de cœur “Start-up Blockchain”  – #1 : HumaniQ

Pour ceux et celles qui suivent le développement des technologies décentralisées [Blockchain], voici la liste de mes start-ups “coups de cœur” pour le 1er trimestre 2017.

Tout d’abord un bref rappel de ce qu’est une technologie Blockchain. Introduite par le Bitcoin il y a maintenant huit (8) ans, une technologie Blockchain est un système de transfert de valeur libre. Le Bitcoin est le 1er système libre de transfert de valeur sur Internet. Il en existe d’autres, classées principalement en 2 catégories: des blockchains publiques (Bitcoin, Ethereum, Steem, Dash, Nem etc.) et des blockchains privées (Chain, Corda, Eris, InterLedger etc.). Une blockhain de type publique est en générale composée d’une monnaie numérique, d’une base de donnée des transactions/opérations et d’un réseau; le tout forme un Protocole qui définit le fonctionnement de la technologie.

Caractéristiques des Blockchains de type publique:

  • Base de données immuable et décentralisée
  • Existence d’un mécanisme de consensus
  • Ouvert, libre et indépendant
  • Incitatif à la participation
  • Innovation aux extrémités
  • Résistance à la censure
  • Protection par cryptographie.

Les start-ups Blockchain choisissent alors sur quel protocole elles développent leurs projets d’entreprise. Ce qui m’amène à introduire mes 3 start-ups coups de coeur pour le 1er trimestre 2017.

Continue Reading

Le « moment Uber » des bourses et marchés financiers serait-il entrain d’arriver?

Imaginez la possibilité pour une start-up, une PME, une CO-OP ou même un travailleur autonome d’émettre un jeton numérique représentant une valeur de son entreprise et de le distribuer directement à ses clients, investisseurs ou supporters.

Ces opérations jadis effectuées principalement par les grandes entreprises et multinationales sont maintenant à la portée des petites et micro-entreprises. Grâce à la place de marché décentralisée OpenLedger, développée sur le protocol BitShares, les entreprises de toute taille peuvent maintenant émettre et distribuer des jetons numériques sans intermédiaire.

Ce que le Bitcoin fait pour la monnaie, le protocol BitShares le fait pour les entreprises en étendant l’innovation de la “Blockchain” à plusieurs secteurs qui utilisent l’Internet pour fournir des services à leurs clients: Banques, bourses, loteries, vote, divertissement et d’autres encore en exploration.  Au même titre que Ethereum, Ripple, Nxt, Nem, Counterparty et autres, Bitshares s’inscrit dans la mouvance des protocols dits « Blockchain 2.0 » dont le but est d’appliquer les principes de la décentralisation introduite par le Bitcoin depuis maintenant 8 ans à d’autres secteurs de l’économie.

Lancé en novembre 2014, le protocol a connue beaucoup de modification visant à lui permettre de rester compétitif dans le marché des Blockchains publiques.  Depuis le lancement de sa version 2.0 en octobre 2015, plusieurs start-up développent des projets sur Bitshares. Notamment les places de marché – OpenLedger et MoonStone, la plateforme d’échanges – BlockTrades, l’explorateur des transactions – CryptoFresh, le développeur de terminaux point de vente – BlockPay, la place de marché des app mobiles – AppTrade , la plateforme de protection des registres fonciers – Bitland, la plateforme d’échanges des cartes cadeaux – Centz et bien d’autres en cours de développement.

Quelques fonctionnalités du protocol BitShares: 

  • Un temps de confirmation des transactions de 3 secondes
  • Une gestion dynamique des comptes
  • Un système de gestion des paiements récurrents
  • Un système de référence et d’affiliation intégré
  • Un système d’émission d’actif utilisateur (UIA)
  • Une flexibilité de configuration adaptable aux  lois et règlements
  • Un système d’approbation et d’autofinancement des projets
  • Un modèle de gouvernance intégré et décentalisé
  • Un système de transfert de jeton
  • Un mécanisme de consensus délégué et décentralisé assurant la sécurité du réseau (DPoS)
  • Une capacité de traitement pouvant aller jusqu’à 100 000 transactions/sec.
  • Un mécanisme de stabilité des prix des crypto-monnaies par les jetons intelligents adossés aux monnaies fiduciaires – SmartCoins (BitUSD, BitYEN, BitGold, BitSilver, BitBTC).

L’avantage du protocol BitShares est qu’il permet de créer des Organisations Autonomes Distribuées (OAD) ou DAO (Decentralize Autonomous Organization) pouvant offrir des services de meilleure qualité à une fraction du prix, contrairement aux organisations centralisées.

Pour découvrir les fonctionnalités de Bitshares, créez un compte gratuit sur la place de marché décentralisée – OpenLedger et vivez l’expérience.

Fermat (IoP) – Un projet ambitieux de développement d’une économie pair-à-pair.

Et si ce qu’il nous fallait c’est l’Internet des personnes et non l’Internet des objets. Imaginez un monde où les gens peuvent interagir librement entre eux sans intermédiaire, tant pour des raisons sociales que commerciales. Un monde sans censure où les gens sont plus importants que les entités comme les entreprises et les États. C’est le défi que veut relever le projet Fermat/IoP Une start-up Blockchain qui travaille à développer une véritable économie de partage, décentralisée, pair-à-pair propulsée par les technologies Blockchains.
Dans un monde où des multinationales, conglomérats et gouvernements cherchent de plus en plus à contrôler et centraliser les informations et données de leurs citoyens, le projet Fermat vise à redonner aux consommateurs le pouvoir sur leurs échanges. Pour y arriver, la start-up doit créer et déployer l’Internet des personnes, un réseau de terminaux mobiles interconnectés dont les différentes composantes utilisent sa monnaie native nommée “IoP” (Internet of People).
Qu’est ce que l’Internet de personnes?
L’Internet des personnes est un ensemble de réseaux pair-à-pair, conçus pour permettre à un appareil de se connecter à un autre appareil sans utiliser aucun service de toute entreprise, grâce aux applications pair-à-pair. Son développement consiste à déployer un réseau interconnecté où les appareils mobiles (téléphones, tablettes) communiquent directement entre eux via Internet en exécutants les applications et données stockées sans services tiers. Plusieurs type de profils sont créés et interconnectés entre eux à l’intérieur de chaque réseau. L’Internet des personnes peut aussi être défini comme un espace circonscrit permettant à des personnes de stocker et gérer leurs profils, ainsi que d’autres ressources interconnectées entre elles. Pour le déployer, plusieurs piliers doit être construits:
  • Une infrastructure réseau pair-à-pair qui permet une communication des données sans serveurs centraux.
  • Un cadre technologique qui permet à divers composantes applicatifs de s’exécuter.
  • Un écosystème d’application Fermat où l’utilisateur final interagit avec tous les composantes du réseau.
L’écosystème Fermat repose sur le développement de 4 principaux réseaux interconnectés:
1- Un réseau de bureaux locaux installé dans chaque pays ou ville (actuellement en développement). Il est constitué d’un groupe de personne intéressé à faire la promotion du projet Fermat dans leur ville, et en le faisant reçoit une licence permettant de miner les jetons numériques (IoP) du réseau.
2- Un réseau de centres de recherches: Il s’agit des chercheurs et universitaires qui font de la R&D afin d’améliorer les concepts et architecture du projet Fermat. Les centres de recherches participent à définir les standards et protocoles nécessaires aux fonctionnement de l’Internet des personnes.
3- Un réseau de centre d’affaires: Il s’agit d’un réseau d’entrepreneurs et d’entreprises développant des produits et services utilisés par l’Internet des personnes.
4- Un réseau d’utilisateurs: Il s’agit d’un réseau d’utilisateurs finaux de produits & services Fermat qui auront la possibilité de miner les jetons IoP avec les ordinateurs personnels, sécurisant ainsi le réseau tout en recevant des jetons IoP pour leurs activités dans le réseau de l’Internet des personnes.
graphics_economy_network-_1
Au terme du déploiement de l’infrastructure de l’Internet des personnes, les services comme ceux offerts par Uber, AirBnB, eBay, Linkedin, Fiverr, AngelList ou PayPal pourront être développés et opérés directement sur nos téléphones sans tierce partie. C’est le défi que veut relever le Projet Fermat, un projet ambitieux et complexe en développement depuis 27 mois qui utilisent les technologies Blockchains pour offrir à chaque personne l’occasion d’interagir avec n’importe qui sans intermédiaires et sans censure. Une économie de personne à personne propulsée par l’Internet des personnes.
En Octobre 2016, la start-up lançait la 1er composante de l’Internet des personnes, qui est le protocol Blockchain qui supporte la création et la sécurité de sa monnaie native (“IoP”) nécessaire pour inciter les opérateurs du réseau à exécuter toutes les composantes qui forment le réseau Fermat.
Quelques faits saillants des jetons IoP:
  • Type de BlockChain: Clone du bitcoin ver. 0.13.x
  • Consensus cible: PoW + PoS hybrid
  • Consensus actuel: PoW Pré-autorisé
  • Offre maximale: 21M
  • Offre disponible: 2.1M
  • Pre-Minage: 10% (Anges Investisseurs, Fondation, Prime de contribution)
  • Temps de validation cible: 2 min
  • Temps de validation actuel: 10 min
  • Nbre de jetons émis: 1 IoP
Le nom Fermat est celui du célèbre mathématicien français Pierre Fermat du 17e siècle et dont le “dernier théorème” n’a été publié, validé et établit que trois siècles plus tard sur la théorie des nombres.
btc-etc-iop
 

Stellar (XLM) déploie la 1ère infrastructure Blockchain de transfert de valeur de taille mondiale pour les pays en voie de développement.

Après avoir annoncé en avril dernier la distribution de 19 milliards de lumens (monnaie native du protocol), la fondation Stellar annonce avoir conclut un partenariat avec 4 institutions financières afin d’offrir un réseau mondial de transfert de valeur rapide, fiable et à peu de frais grâce aux technologies Blockchains.

Les nouveaux partenaires inclus Coins.ph (Philippines), FlutterWave qui connecte le réseau M-Pesa (Afrique), ICICI Bank (Inde) et Tempo Money Transfer (Europe). En utilisant l’infrastructure du protocol Stellar, FlutterWare facilitera les paiements transfrontaliers des 21 millions d’utilisateurs du réseau mobile M-Pesa qui couvrent le Kenya, le Ghana et le Nigeria.

Fondé en 2014 par Jed McCaled, entrepreneur et co-fondateur de Ripple, la fondation Stellar est un organisme sans but lucratif dont le but est de développer un réseau de paiement international ouvert, rapide, fiable et à peu de frais propulsé par la Blockchain.  La fondation Stellar compte parmi ses cofondateurs et conseillers Patrick Collison, cofondateur de Stripe; Naval Ravikant fondateur de AngelList;  Sam Altman, président de Y Combinator.

Développé à partir de Ripple, le protocol Stellar simplifie le transfert des fonds entre les institutions financières, les entreprises de transfert et les particuliers en utilisant un réseau intégré et une monnaie native appelé le “Lumen“, avec toutes les caractéristiques d’une monnaie numérique comme le bitcoin (interchangeable, distribuée, publique, cryptographiée, protégée par consensus). Les serveurs exécutent une implémentation logicielle du protocol et utilisent Internet pour se connecter et communiquer avec d’autres serveurs Stellar, formant ainsi un réseau d’échange de valeur global. Chaque serveur stocke un enregistrement de tous les comptes sur le réseau.

Selon la banque mondiale, le marché des transferts d’argent représentait +440 milliards de dollar en 2015 et le top 5 des pays destinateurs sont l’Inde, la Chine, les Philippines, le Mexique et le Nigeria. En développant un réseau de partenaires dans les pays en développement, Stellar offrira à des millions de personnes la possibilité de transférer de la valeur d’un océan à l’autre en 3-5 secondes en une fraction de prix. Lorsqu’on sait que les Philippines représentent le 3eme plus grand marché de transfert d’argent en importance au monde avec +27 milliards de dollars en 2015, on peut dire que Stellar vient de déployer la 1er infrastructure Blockchain de transfert de valeur de taille mondial pour les pays en voie de développement.  Notons que Ripple et Chain (supporté par Visa) vise également le marché des paiements et transferts internationaux.

 

Montreal Blockchain Meetup #1: Discussions et échanges autour des technologies Blockchains

La révolution blockchain est en marche et Montréal à son rôle à jouer!  Il est temps que toute cette énergie se retrouve pour créer une véritable communauté blockchain à Montréal. Si vous êtes novice et curieux au sujet de la blockchain, ce sera l’occasion de découvrir cette technologie qui a un potentiel aussi important qu’internet.

Si vous êtes passionné et expert du domaine ce sera l’occasion de se retrouver régulièrement pour échanger sur les nouveautés, partager nos idées et découvertes. Si vous êtes intéressé par les opportunités business, vous trouverez ici les meilleurs talents du domaine à Montréal!

Programme :

–  Présentation du meetup
–  Blockchain talks
–  Networking et discussions.

RSVP : http://www.meetup.com/montreal-blockchain/events/234594048/

Scroll to top